"Plus jamais d'invités" de Vita Sackville-West

Publié le par Du soleil sur la page

Editions Autrement, 164 pages, 2008

(existe aussi en Poche)

 

 

 

Walter Mortibois, baronnet un peu mystérieux, est un célèbre avocat à la cour d'Angleterre. Talentueux, "trés respecté dans son milieu, c'est à lui qu'on s'adresse dans les cas difficiles, si on a un doute sur le verdict".  Homme d'avenir, sans inclination particulière pour le mariage , il se décide pourtant à prendre femme...

 

Bien qu'il ait souvent confié à ses amis son manque d'intérêt pour le confort domestique, il avait toutefois commencé à recenser toutes les prétendantes féminines de sa connaissance. En fait, il se conduisait un peu comme un amateur d'art qui se promène au hasard des galeries pour y découvrir un jour, presque sans y compter, la tapisserie qui donnera la touche finale à sa collection. Il savait parfaitement que ses exigences ne seraient pas faciles à satisfaire mais il ne douta jamais qu'elles fussent justifiées! Il serait trés franc. Ce serait difficile, mais il y parviendrait: C'est "à prendre ou à laisser"! se disait-il parfois. Ce ne serait pas une chose facile à exprimer à une jeune fille candide à qui l'on propose le mariage....il possédait un code précis de bonne conduite et savait que, s'il demandait beaucoup, il devrait donner autant en échange. Il pourrait offrir de la tendresse et du respect, se montrer patient vis-à-vis des caprices d'une femme...mais pas d'amour! Non. Pas de vie de famille. Et pas question de passion non plus. Il ne voulait surtout pas d'enfants... 

 

La jeune et jolie Rose, fille d'un pasteur de campagne, vive d'esprit tout en étant réservée,  avait un chic naturel qui plut aussitôt au jeune homme. Il fit aussitôt sa demande en mariage...

 

"Je ne prétendrai pas vous aimer, et d'ailleurs ce mot n'a pas de sens....Je pense toutefois que nous pouvons nous convenir, d'après le peu que j'ai vu de vous.Bien sur , je n'ai pas le moyen de savoir ce que vous pensez de moi. Je ne suis sûr de rien. Vous êtes libre de rejeter mon offre. Je n'aurai pas le coeur brisé puisqu'il n'est pas engagé dans cette affaire. Mais je reconnais que je serais déçu."

 

Une telle demande laisse quelque peu perplexe aujourd'hui, n'est ce pas? Monsieur affiche ses conditions sans autre explication, toutes ses richesses qui sont grandes et attend que la belle dise oui...au bout du chemin, du respect mais pas d'amour...et elle accepte...elle n'insistera d'ailleurs jamais sur son choix de vie. Walter Mortibois est tout simplement un homme égoiste qui préfère son chien à sa femme et son bureau à ses invités.

 

Vingt-trois ans plus tard, au cours d'un week end de Pâques, Rose et Walter, reçoivent famille et amie dans leur splendide domaine d'Anstey, dans le sud de Londres. Au cours de toutes ces années, aucun conflit n'est venu ternir leur contrat mais aussi aucune intimité n'a adouci la vie de la jeune femme. Walter passe tout son temps avec Svend, son superbe berger allemand.  et Rose se contente de rendre la vie de Walter agréable. Cet homme est une énigme et une montagne d'égoisme.

 

 Font partie des invités: Lucy, la soeur de Rose,  Dick son mari et leur fils Robin, récemment rentré du bout du monde. Il y a aussi Gilbert, le frère de Walter et Juliet, une excentrique Lady, amie du couple. Je dois dire que cette

 dernière m'a beaucoup fait rire par sa désinvolture alors que Lucy se montrait sans piquant, jalouse, mesquine et cancanière . Rose apparait comme  une brave femme  finalement, amoureuse, parfois indécise, dévouée, soumise, qui s'étourdit de réunions entre amies ou d'invités.  Rose a le regard fin, elle sait observer en silence et ne rêve que d'une chose: un Walter plus amoureux. Gilbert est un beau frère attentionné. Sa présence redonne le sourire à Rose. Quant à Walter , c'est le parfait gentleman, élégant , brillant à qui il manque un coeur pour offrir "une vraie vie".

 

Les évènements du week-end vont tout faire voler en éclats. C'est du Vita Sackville-West, trés british où les apparences et la bonne éducation cachent les véritables natures de tous ces personnages. 

 

 

Après "Au temps du roi Edouard",  " Toute passion abolie' et "Paola", cet auteur continue de m'enchanter. 

 

 

Petite pause, j'en ai encore deux en attente!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> Comme je te le disais dans un autre commentaire, j'avais déjà noté celui-ci...du plaisir en perspective !!<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> Que du plaisir! Je retrouve mon Angleterre<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Je ne le connais pas celui-là, je le note, j'aime bien quand tout vole en éclats.<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> Tout vole en éclats ou tout part en fumée!<br /> <br /> <br /> Bonne découverte, Aifelle!<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> J'aime beaucoup cette auteur, pleine de verve et en même temps, d'une douce nostalgie...<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> Douce nostalgie d'une époque révolue?<br /> <br /> <br /> L'époque de Vita Sackville-West semble perdue et pourtant, il suffit de vivre assez longuement en Angleterre pour s'apercevoir qu'elle existe encore... les apparences et les bonnes<br /> manières sont l'apanage des british. Ils ne se livrent pas aisément...ils souffrent en silence ou entrent dans des délires spectaculaires.<br /> <br /> <br /> <br />