"Paola" de Vita Sackville-West

Publié le par Du soleil sur la page

    amour coeur coeur gif 21 gif

Editions Autrement, 79 pages, 1932

  (existe en poche)

 

Un lundi soir, Gervase Godavary, cinquante-cinq ans,, reçoit un appel de ses avocats lui demandant d'être au nord de l'Angleterre dés le lendemain matin. Son oncle Noble vient de mourir. Lui-même vit à Londres et réalise qu'il lui faut prendre immédiatement un train pour être au rendez-vous. Le voici replongé dans ses souvenirs, trente-cinq ans en arrière.

 

La vallée nous avait enfermés; une seule et unique route nous y amenait et c'était tout. Une fois arrivés, on en sortait plus. Même les sentiers à moutons qui s'enfonçaient loin dans la montagne ne conduisaient nullepart; on perdait leurs traces ou ils se croisaient et finissaient par ramener le marcheur à son point de départ. C'était pareil pour nos pensées; décousues, enchevêtrées, à l'image de ces chemins, elles nous laissaient désemparés, usés, fatigués. Ma haine de la vallée -car il s'agissait bien de cela- me revint intact....Le simple fait de réaliser à quel point j'appartenais à ce lieu me mit en colère... Je me remis à penser à ce qui nous avait soudés ainsi, à cette petite tribu, avec ses subordonnés, ses chiens, ses paysages intimes interchangeables. Ce n'était pas de l'amour qui nous avait liés, ce n'était plus de l'amour qui me rattachait à ma vallée. Nous nous tenions tous éparpillés depuis longtemps, sans nous revoir, mais si je n'avais aucune difficulté à recenser nos différences, j'en avais encore moins à faire le compte de tout ce qui pouvait, à nouveau, nous réunir...

 

Une fois sur place, il retrouve ce qu'il croyait avoir enfoui au fond de sa mémoire: le paysage, son frère Mickael qu'il voit rarement mais qui vient souvent ici, le discret et déjà plus tout jeune oncle Stephen, le cousin Austen, distant, irrascible, pitoyable,  fils aîné du défunt et puis sa tante épleurée, l'italienne, seconde épouse de Noble Godavary, mère de Paola, la charmante cousine, froide, dédaigneuse, tranchante, implacable.

Si les Godavary ont tous une grande facilité à s'esquiver , à dissimuler, à "ne pas dire", Paola et sa mère ne manque pas de s'exprimer, chacune à leur manière.

 

Mais la pièce maîtresse  de cette nouvelle, c'est la maison, La Grange,  l'enjeu principal entre Austen , l'aîné qui est sûr d'en hériter et Paola, la petite dernière du papa, fille de l'étrangère, qui déteste l'endroit.

 

En 79 pages, Vita Sackville-West parle des relations entre frères et soeur, cousins qui se sont éloignés, de mariages et remariage, de désunions, d'amour secret, de liaison scandaleuse, de déracinement, de mentalités opposées, tous les thèmes qui, dans une famille, rendent les rapports complexes et éloignent les individus. L'amour, le plaisir de se voir, n'est plus au rendez-vous .La maison, seule bastion d'une époque révolue où tout le monde vivait en harmonie, ne suffit plus.

 

Pour avoir été elle-même déshéritée du château familial, parce que de sexe féminin, Vita Sackville-West se venge ici. Elle donne la part belle à Paola, celle qui dirige tout le monde.

 

Vita Sackville-West fait partie de mes auteurs préférés. Chaque livre est un régal. Les descriptions de paysages, la psychologie des personnages, ce ton trés british , aristocratique, à la fois plein d'humour et acide, elle domine son art avec beaucoup élégance. J'en redemande toujours ....

 

 

 

Tout était gris et vert- ciel gris, eau grise, pierres grises, pentes herbeuses....

 

 

 

 

N.B.: "Paola" (The death of Noble Godavary") , écrit en 1932, est , à l'origine, une nouvelle faisant partie d'un receuil intitulé "Thirty clocks strike the Hour and Others stories". La publication dans les éditions Autrement date d'octobre 2009.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> J'avais noté déjà "plus jamais d'invités", je note celui-ci, j'aime en général ce qu'édite "Autrement".<br /> Et un petit coucou amical en passant...<br /> Bon week-end !!<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> J'aime bien aussi cette édition. Tu ne devrais pas être déçue de ce Sackville-West.<br /> <br /> <br /> Je te souhaite une bonne lecture en sa compagnie et une bonne semaine.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> J'aime énormément cette auteur également. Je ne connais pas ce titre, mais je le note !<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> En passant sur ton blog, je vois que tu lis pas mal d'auteurs anglo-saxons...ceux que j'ai lu comme Du Maurier ou ceux que  j'ai envie de lire, comme Wharton...Zweig<br /> aussi...j'adore!<br /> <br /> <br /> Je passerai piocher chez toi<br /> <br /> <br /> Et Vita Sackville-West... il y a quelques années, j'ai lu un premier livre , non commenté sur ce blog, qui s'intitulait " Au temps du roi Edouard"...c'est de cette époque<br /> que me vient l'envie d'en découvrir d'autres. J'en ai encore trois en réserve!<br /> <br /> <br /> <br />