"Les cousines" d'Aurora Venturini

Publié le par Du soleil sur la page

Editions Robert Laffont "Pavillons", 172 pages, 2010

 

Etrange histoire que celle de Yuna! Elle se dit handicapée dans une famille d'handicapées. Une mère institurice trés strict et dépressive, un père qui  n'a pas fait son devoir de pater familias, une jeune soeur, Betina, de un an sa cadette, jambes trop courtes-bras démesurés-colonne vertébrale tordue , erreur de la nature qui promène sa misère dans une chaise roulante, en murmurant inlassablement des broum...broum...broum  

 

Yuna, autre erreur de la nature, apprend à lire l'heure à vingt ans, à ponctuer ses phrases tout aussi tardivement.Souffrant de dysléxie, elle quitte l'école en sixième mais Yuna montre des dons exceptionnels en peinture qu'un professeur va l'encourager à développer . Grâce à lui, et lui seul- car sa famille ne comprendra pas- elle deviendra un peintre célèbre.Ce sera sa planche de salut .

 

Yuna est en retard sur tout. A l'âge de la puberté, ses cousines, Carina et Petra, lui apprennent beaucoup de choses  , tout particulièrement Petra, la lillipucienne, plus jeune qu'elle mais déjà trés hardie...pour tout dire, elle deviendra une prostituée criminelle.

 

Comme l'a prédit la psychologue, Yuna va s' améliorer au fil des années en s'entraînant inlassablement , en s'obligeant à des exercises de langue. Son handicap et l'extravagance de sa famille l'ont rendue vulnérable mais elle est belle et incroyablement  douée.

 

Après l'abandon du père, les handicaps familiaux, la mort de plusieurs femmes dont celle de Carina et de sa mère, après des mariages insolites, la perverse Petra  ne quitte plus la mélancolique Yuna...

 

..."Etrange, baroque, cruel" dit la quatrième de couverture...c'est tout cela...une histoire inattendue, impudique et loufoque  où chaque personnage traîne sa misère,  qui ne pas empêcher de la dévorer...

 

 

Aurora Venturini est née en 1922 à La Plata, en Argentine.

Psychologue, amie d'Eva Peron, exilée pendant vingt-cinq ans en France et en Europe, Aurora Venturini a été très proche de Violette Leduc, Eugène Ionesco, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.
Traductrice, poète, essayiste, elle a publié une trentaine de textes. Les Cousines ( écrit en 2008) est son premier livre traduit en français.

Publié dans littérature argentine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> Je ne crois pas que j'aimerais ce genre de bizarrerie là, je passe ..<br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> C'est sûr....voilà une histoire qui reste en mémoire pour sa bizarrerie mais cela ne vaut pas un bon Stefan Zweig ou un Emmanuel Bove ou encore une Sackville-West que je lis en ce moment<br /> même...<br /> <br /> <br /> <br />