"La pelouse de camomille" de Mary Wesley

Publié le par Du soleil sur la page

Editions J'ai lu, 382 pages, 2009

 

 

Quatrième de couverture

 

 

Derrière la maison de Richard et Helena, la pelouse de camomille s'étend jusqu'aux falaises de Cornouailles. Chaque été, leurs cinq neveux et nièces s'y retrouvent. Dans la chaleur étourdissante, c'est le temps béni des baignades, des après-midi paresseux, des jeux mystérieux entre cousins. A l'adolescence, les choses se corsent : la petite Sophy en pince pour Oliver, qui lui est fou de Calypso, qui elle attend son prince charmant. Mais nous sommes en août 1939 et, dans une Angleterre en guerre, l'amour est exacerbé. Qu'importent les liens du mariage, les conventions ou les bombardements, la transgression devient le symbole du changement d'un monde et de ses traditions...

 

 

Mary Wesley vient à l'écriture à l'âge de soixante-dix ans . N'est-ce pas merveilleux!? Née en 1912, elle est d'une génération intermédiaire par rapport aux personnages du livre.

Héléna est une jeune veuve fortunée de la première guerre mondiale qui a épousé en seconde noce un de ses mutilés, gazé de surcroît. Richard ne parle et ne vit qu'à travers sa jambe perdue ce qui énerve prodigieusement sa femme. Tout deux n'ont pas d'enfants mais ils ont Sophy, dix ans, fruit d'une faute de la défunte demi-soeur de Richard et chaque année, pendant les vacances, ils accueillent les neveux et nièces de monsieur.

Tout ce petit monde voit la deuxième guerre mondiale arriver et déjà, les garçons ont décidé de s'engager. Le bel Oliver a déjà combattu en Espagne. Cet été 1939 sera le dernier. La pelouse de camomille, le meilleur souvenir de leur jeunesse sacrifiée. Plus jamais, les choses ne seront les mêmes. Les deux grandes cousines, la raisonnable Polly et la sublime Calypso, vont traverser ces années de guerre de façon déroutante. La petite Sophy va grandir trés vite et restée marquée. Les cousins vont et viennent dans leur vie en fonction de leurs permissions, avant de s'éloigner d'elles ou de disparaître. Il en sera de même pour leurs aînés qui n'auront de cesse d'écouter leur coeur avant la morale....pour profiter coûte que coûte de cette vie si fragile.

Dans le petit coin de Cornouailles où Richard et Helena survivent aux dommages de la première guerre mondiale, les Erstweiler, Max et Monika, juifs autrichiens, viennent d'être recueillis au presbytère. Ils ont un fils ,Pauli, retenu dans un camp de concentration dont ils se soucient beaucoup et qu'ils pensent pouvoir libérer depuis leur pays d'accueil. Max est un grand pianiste, Monika une femme douce, courageuse et inventive. Je vous laisse découvrir le reste, conté avec une légèreté toute britannique, où l'humour fait écho au tragique de l'époque. Peu à peu, nous retrouvons plusieurs de ces personnages, quarante ans plus tard, en route pour enterrer l'un des leurs et la suite de leur vie est alors évoquée.

 

J'ai passé un trés agréable moment de lecture .  Héléna est sans aucun doute la plus détestable du groupe et la vieillesse n'arrangera pas les choses. Polly et Calypso ne sont finalement pas celles qu'elles paraissent quant à Sophy, elle restera fidèle à ses amours d'enfance...et puis Monika, pourquoi l'ai-je vu sous les traits de Jasmin dans "Bagdad Café"??

 

Vous l'aurez compris, cette histoire  parle surtout des femmes d'une certaine classe sociale, plutôt favorisée.Ce n'est pas toujours bien moral mais quel plaisir de les suivre !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Ooooh je crois que c'est l premier Mary Wesley que j'ai lu ! Quel souvenir délicieux et féroce à la fois !
Répondre
D
<br /> <br /> Féroce est le terme!<br /> <br /> <br /> <br />
A
J'ai lu des romans de Mary Wesley il y a longtemps, le problème c'est que je ne sais plus lesquels ! il faudrait que je les relise.
Répondre
D
<br /> <br /> J'en lirai probablement un autre plus tard. J'hésite encore sur le titre... "Les raisons du coeur" ont l'air sympa. A voir.<br /> <br /> <br /> <br />