"L'instinct d' Inez" de Carlos Fuentes

Publié le par Du soleil sur la page

C'est ma première lecture au sein du

Pour avoir vécu au Mexique, Carlos Fuentes restait un mystère, pour moi et c'était l'occasion de le percer ,cette fois! 
De la même façon qu'à l'occasion du Salon du Livre-spécial Mexique, nous lisons cet auteur, Mr et Mme Dusoleil avaient autrefois décidé d'acheter les meilleurs livres du plus grand auteur de ce pays et d'être ainsi en symbiose totale avec l'endroit...Rien de plus étonnant alors de retrouver dans notre bibliothèque trois jolis pavés, collection Folio, jamais lus: "Terra Nostra ", en deux tomes et "Christophe et son oeuf".

Je me lançais sur "L'instinct d'Ines". Cette fois, il FALLAIT le lire!

Après quelques attentes liées aux librairies, un début difficile sur un autre Fuentes "Diane ou la chasseresse solitaire", un essai désespéré sur les anciens pavés, j'eus en ma possession LE livre!



Et là, O'désespoir, premier châpitre: plus de 30 pages sur un sceau en cristal, caressé avec amour, sensualité, par un vieux chef d'orchestre de quatre-vingt-douze ans, habitant désormais Salzbourg et sur le point de se rendre à l'opéra où se joue La damnation de Faust, de Berlioz, en son honneur.

Ce sceau, c'est Inez. Il l'a reçu de ses mains, en 1940. C'était leur toute première rencontre. Ils étaient à Londres. Il était un  jeune chef d'orchestre, très prometteur, intransigeant et brillant; elle était une toute jeune chanteuse d'opéra, sûre de sa voix qu'elle caressait et dirigeait elle même. Inez le défiait , il en tomba fou amoureux!
S'installe alors entre eux, un jeu de séduction où l'égo de chacun et la passion pour leur Art ne peuvent que les repousser....l'amour ne peut que les détruire.

Je me suis posée beaucoup de questions concernant cette photo où deux jeunes hommes sourient à la caméra: lui, Gabriel et l'autre, un blond, très beau dont Inez tombe amoureuse et qui provoquera le premier départ d'un Gabriel jaloux, vexé. Existe-t-il vraiment? ou est -ce le tout jeune musicien qui réprimait encore ses instincts ? Vers la fin du livre, sur la photo, il n'y a plus qu'un seul jeune homme souriant à la caméra...

Troisième chapitre: tout se corse! L'auteur nous entraîne dans une époque antérieure aux grandes glaciations...A-nel et Ne-il sont tous deux amoureux ...s'ensuivent le jeu de séduction, la maternité, la douleur immense, la haine, l'instinct d'accoucher seule, la force de l'homme sur la femme, le sceau accroché au cou de l'enfant par le père...la punition (leur fille mutilée).

...Inez, pourrait-elle être cette fille mutilée si les corps se rejoignaient? mutilation de sa carrière, par exemple...tous deux auront des aventures, aucun ne s'attachera...même dams le mariage, Inez le supportera tant que l'autre n'empiètera pas sur sa liberté artistique.

Alors je me demande s'il ne faut pas voir là, dans cette A-Nel-Inez, un désir profond de se diriger seule vers son destin...ne pas se trouver sous la férule d'un Gabriel, tout aussi perfectionniste et à qui , rien ni personne ne résiste et qui ne peut que la faire souffrir...comme elle le ferait souffrir.

C'est l'amour impossible de deux monstres sacrés!

Je pense qu'il y a aussi un parallèle entre leur histoire et celle de Faust...la damnation de Faust parce qu'il est devenu l'amant de Marguerite...c'est alors qu'elle chante (comme A-nel, comme Inez)...Mephisto tient en son pouvoir l'âme de Faust. Il lui promet bonheur, plaisir et le conduit à l'enfer. Gabriel se défend d'être un Karajan justement. Il est tout entier dans sa musique, c'est sa seule passion. Rien ne peut vraiment interférer...et surtout pas la fascination de l'image...et là, je reviens sur l'autre jeune homme de la photo...la fameuse image...

Il se retrouveront à Mexico, vingt ans plus tard. Inez a un amant qu'elle rejette aussi vite que Gabriel apparaît mais là encore, après s'être fait bastonné par des inconnus, le grand chef d'orchestre fuit. Toute leur vie sera faite ainsi. Les corps vieillissent et l'âme reste....la mémoire.

....Les souvenirs d'un homme et d'une femme qui se retrouvent ne sont pas les mêmes, l'un se souvient de choses que l'autre a oubliées, et vice et versa, parfois, on oublie parce que le souvenir fait mal et qu'il faut se persuader que ce qui est arrivé n'est jamais arrivé, on oublie le plus important parce que c'est le plus douloureux...

L'orgueil...ces deux-là étaient orgueilleux.

Ce livre est complexe, voguant entre réel et irréel, faisant référence à des notions qui m'échappent et qui me rendent insatisfaite de ce billet. J'ai la sensation de comprendre sans comprendre...c'est là au bout des doigts et finalement, je suis piquée dans ma curiosité!

J'ai hâte de lire vos impressions, de trouver plus d'éclaircissements...parce que, hier, pour me détendre, j'ai eu besoin de faire appel à de Funès jouant la damnation...il me fallait rire...

Aujourd'hui ,j' écoute un beau passage de cette oeuvre magnifique ,dans le silence d'un matin sans travail et je m'imprégne de toute la beauté du monde... 

Est-ce ce qui fait d'un auteur, un grand auteur, cette faculté de nous interroger? de nous dérouter d' une lecture trop simple? je ne sais pas mais depuis que j'ai refermé ce livre, j'ai beau tenté de faire autre chose, la vie de ces deux êtres me poursuit...



Tous les liens seront à lire chez Sylire
                                                      ou Lisa


Publié dans Litterature mexicaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Un cours !!! C'est exactement ce que j'ai dit dans ma critique ! Heureuse de voir que je ne suis pas la seule à avoir cet avis :-)
Répondre
D
<br /> <br /> Il ne nous reste plus que ça!<br /> <br /> <br /> <br />
S
Je fais le tour des blogs pour vérifier que je suis bien passée chez tout le monde, et je vois que je me suis embrouillée dans les prénoms, excuse moi.<br /> Finalement le bon point de ce livre qui a été ardu a ouvert des débats très intéressants.<br /> Bon weekend Annie.
Répondre
D
<br /> J'ai vu ça mais c'est vrai que nous étions nombreux et je dois refaire moi même le tour parce que l'anniversaire de ma fille m'a coupée dans mon élan.<br /> Bon dimanche, Soie.<br /> <br /> <br />
M
Une lecture déroutante à en lire ton commentaire.<br /> J'aime ces livres qui interpellent...
Répondre
D
<br /> Exactement! J'aime aussi même si je suis insatisfaite du résultat...mais y'a-t-il qu'une interprétation possible? Selon la sensiblité de chacun, nous y verrons peut-être des<br /> réponses différentes...<br /> <br /> <br />
P
Décidément, cette lecture fait beaucoup parler d'elle!
Répondre
D
<br /> Tu as vu ?!! C'est sûrement ça un grand auteur....<br /> <br /> <br />
F
Ce roman me poursuit également, j'ai l'impression d'avoir laissé échapper tant de choses.
Répondre
D
<br /> <br /> Il nous faudrait un cours sur ce roman!<br /> <br /> <br /> <br />